Vente Rétromobile 2023 - 3-4 févr. 2023 - 14:00 /Lot 88 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti

  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
  • 1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti
1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti

Carte grise française
Châssis n° 13407

- Ayant appartenu au chanteur Christophe de 1983 à 1993
- Rare première série, vendue neuve en Belgique
- Air conditionné et matching numbers
- Très belle présentation esthétique comme mécanique

Lamborghini avait ouvert la voie d'une nouvelle configuration, pour les voitures de sport ultra-performantes: celle du moteur central, ce qui permet un abaissement du centre de gravité et une meilleure répartition des poids. Pourtant, lorsque l'on compare la stabilité à grande vitesse d'une Lamborghini Miura et d'une Ferrari Daytona, on peut comprendre le choix d'Enzo Ferrari: la Daytona ne dévie pas d'un pouce alors que la Miura a tendance à lever le nez. Les qualités de la Ferrari ont d'ailleurs été confirmées par ses succès en compétition (dont une victoire au Tour Auto en 1972 avec Andruet/Biche), ce qui n'est pas le cas de la Miura. Après avoir fait l'objet à l'époque de sarcasmes injustifiés de la part de spécialistes, la Daytona bénéficie aujourd'hui d'une incontestable aura qui s'appuie sur plusieurs critères: c'est la dernière Ferrari V12 à moteur avant de cette époque; onctueux autant que rageur, il délivre 352 ch à 7 500 tr/mn, ce qui propulse la voiture à 270 km/h; ses qualités routières sont incontestables, notamment dans les grandes courbes prises à pleine vitesse; elle bénéficie d'une ligne impressionnante tracée par Fioravanti, pour Pininfarina.
La très belle Daytona que nous présentons est une première série sortie d'usine le 8 mai 1970 pour être acheminée le 28 mai au Garage Francorchamps de Jacques Swaters à Bruxelles. La voiture est vendue à son premier propriétaire, M. Vandevelde, International Polioxal SA à Machelen en Belgique. Elle est ensuite immatriculée dans le nord de la France et en 1974, passe dans le département des Hauts-de-Seine en région parisienne sous le numéro 659 EA 92. Nous avons la copie de la carte grise qui certifie que notre Daytona est immatriculée ensuite en 1983 sous le numéro 84 EHZ 75 au nom de Véronique Bevilacqua, épouse du célèbre chanteur français Christophe qui avait pour habitude de mettre les papiers de ses multiples bolides au nom de sa femme.
Christophe conservera l'italienne pendant 10 ans. Pour l'anecdote, il se verra prêter une grosse somme par un de ses amis, en échange de la Daytona. Ne pouvant lui rembourser, son ami la gardera et la fera immatriculer à son nom le 23 avril 1993, sans jamais rouler avec. La voiture est rachetée le 25 juillet 2002 par l'actuel propriétaire, parisien, qui aura été bercé toute sa vie par les superbes automobiles possédées par son père, notamment une Bugatti 57 SC Atalante dans les années 30 ou une Ferrari 250 Coupé PF plus tard. Dès qu'il en fait l'acquisition, il envoie la voiture chez le spécialiste Alain Coquelet pour une restauration complète de la carrosserie et de l'intérieur. Le travail est remarquable, respectant l'origine avec le cuir original des deux sièges conservés. Il s'agit d'une rare Daytona première série, dont le fonctionnement nous a donné toute satisfaction le jour des prises de vue et dont l'histoire est complètement retracée et limpide dont le chanteur des " Mots bleus "…une invitation au voyage.



French title
Chassis no. 13407

- Owned by the singer Christophe from 1983-1993
- Rare first-series model, delivered new in Belgium
- Air-conditioning and matching numbers
- Beautiful cosmetic and mechanical condition

Lamborghini had opened the way for a new layout for ultra-high-performance sports cars: a mid-mounted engine, which allowed a lower centre of gravity and improved weight distribution. Nonetheless, when you compare the high-speed stability of a Lamborghini Miura and a Ferrari Daytona, Enzo Ferrari's choice can be understood: the Daytona doesn't budge an inch, whereas the Miura tends to lift its nose. The Ferrari's qualities were, moreover, confirmed by its success in competition (including winning the 1972 Tour Auto with Andruet/Biche), which was not the case for the Miura. After being met at the time with unjustified sarcasm on the part of specialists, the Daytona now has an undoubted aura based on numerous criteria. It was the last front-engined Ferrari V12 from that period: as smooth as it was fiery, it produced 352 bhp at 7500rpm, taking the car to 270 kph; the quality of its handling was undeniable, especially in long corners taken at full speed; it had impressive styling by Fioravanti, for Pininfarina.
This very attractive Daytona is a first-series model which left the factory on 8 May 1970 and was dispatched to Jacques Swaters' Garage Francorchamps in Brussels on 28 May. It was sold to its first owner, M. Vandevelde, International Polioxal SA, from Machelen in Belgium. It was later registered in northern France, then moved to the Hauts-de-Seine department outside Paris in 1974, with the number 659 EA 92. We have the copy of the registration document which confirms that it was then registered in 1983 with the number 84 EHZ 75 in the name of Véronique Bevilacqua, the wife of the famous French singer Christophe, who was in the habit of putting the papers of his many cars in his wife's name.
Christophe kept the Italian sports car for ten years. On a side note, one of his friends lent him a large amount of money in exchange for the Daytona. As he was unable to pay him back, his friend kept the car and registered it in his name on 23 April 1993, but never drove it. The Ferrari was bought on 25 July 2002 by its current owner, a Parisian who had grown up with the magnificent cars his father had owned, notably a Bugatti 57 SC Atalante in the 1930s and, later, a Ferrari 250 Coupé PF. As soon as he bought the car, he sent it to the specialist Alain Coquelet for a complete restoration of the body and interior. Coquelet did a remarkable job, respecting its original specification and keeping the original leather for both seats. This is a rare first-series Daytona, which performed to our complete satisfaction on the day of our photoshoot. Its history is clear and complete, including the time it spent with the singer of 'Mots bleus' ... Let's hit the road!





Estimation 650 000 - 850 000 €

Vendu 638 000 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 88

1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti

Vendu 638 000 € [$]

1970 Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Scaglietti

Carte grise française
Châssis n° 13407

- Ayant appartenu au chanteur Christophe de 1983 à 1993
- Rare première série, vendue neuve en Belgique
- Air conditionné et matching numbers
- Très belle présentation esthétique comme mécanique

Lamborghini avait ouvert la voie d'une nouvelle configuration, pour les voitures de sport ultra-performantes: celle du moteur central, ce qui permet un abaissement du centre de gravité et une meilleure répartition des poids. Pourtant, lorsque l'on compare la stabilité à grande vitesse d'une Lamborghini Miura et d'une Ferrari Daytona, on peut comprendre le choix d'Enzo Ferrari: la Daytona ne dévie pas d'un pouce alors que la Miura a tendance à lever le nez. Les qualités de la Ferrari ont d'ailleurs été confirmées par ses succès en compétition (dont une victoire au Tour Auto en 1972 avec Andruet/Biche), ce qui n'est pas le cas de la Miura. Après avoir fait l'objet à l'époque de sarcasmes injustifiés de la part de spécialistes, la Daytona bénéficie aujourd'hui d'une incontestable aura qui s'appuie sur plusieurs critères: c'est la dernière Ferrari V12 à moteur avant de cette époque; onctueux autant que rageur, il délivre 352 ch à 7 500 tr/mn, ce qui propulse la voiture à 270 km/h; ses qualités routières sont incontestables, notamment dans les grandes courbes prises à pleine vitesse; elle bénéficie d'une ligne impressionnante tracée par Fioravanti, pour Pininfarina.
La très belle Daytona que nous présentons est une première série sortie d'usine le 8 mai 1970 pour être acheminée le 28 mai au Garage Francorchamps de Jacques Swaters à Bruxelles. La voiture est vendue à son premier propriétaire, M. Vandevelde, International Polioxal SA à Machelen en Belgique. Elle est ensuite immatriculée dans le nord de la France et en 1974, passe dans le département des Hauts-de-Seine en région parisienne sous le numéro 659 EA 92. Nous avons la copie de la carte grise qui certifie que notre Daytona est immatriculée ensuite en 1983 sous le numéro 84 EHZ 75 au nom de Véronique Bevilacqua, épouse du célèbre chanteur français Christophe qui avait pour habitude de mettre les papiers de ses multiples bolides au nom de sa femme.
Christophe conservera l'italienne pendant 10 ans. Pour l'anecdote, il se verra prêter une grosse somme par un de ses amis, en échange de la Daytona. Ne pouvant lui rembourser, son ami la gardera et la fera immatriculer à son nom le 23 avril 1993, sans jamais rouler avec. La voiture est rachetée le 25 juillet 2002 par l'actuel propriétaire, parisien, qui aura été bercé toute sa vie par les superbes automobiles possédées par son père, notamment une Bugatti 57 SC Atalante dans les années 30 ou une Ferrari 250 Coupé PF plus tard. Dès qu'il en fait l'acquisition, il envoie la voiture chez le spécialiste Alain Coquelet pour une restauration complète de la carrosserie et de l'intérieur. Le travail est remarquable, respectant l'origine avec le cuir original des deux sièges conservés. Il s'agit d'une rare Daytona première série, dont le fonctionnement nous a donné toute satisfaction le jour des prises de vue et dont l'histoire est complètement retracée et limpide dont le chanteur des " Mots bleus "…une invitation au voyage.



French title
Chassis no. 13407

- Owned by the singer Christophe from 1983-1993
- Rare first-series model, delivered new in Belgium
- Air-conditioning and matching numbers
- Beautiful cosmetic and mechanical condition

Lamborghini had opened the way for a new layout for ultra-high-performance sports cars: a mid-mounted engine, which allowed a lower centre of gravity and improved weight distribution. Nonetheless, when you compare the high-speed stability of a Lamborghini Miura and a Ferrari Daytona, Enzo Ferrari's choice can be understood: the Daytona doesn't budge an inch, whereas the Miura tends to lift its nose. The Ferrari's qualities were, moreover, confirmed by its success in competition (including winning the 1972 Tour Auto with Andruet/Biche), which was not the case for the Miura. After being met at the time with unjustified sarcasm on the part of specialists, the Daytona now has an undoubted aura based on numerous criteria. It was the last front-engined Ferrari V12 from that period: as smooth as it was fiery, it produced 352 bhp at 7500rpm, taking the car to 270 kph; the quality of its handling was undeniable, especially in long corners taken at full speed; it had impressive styling by Fioravanti, for Pininfarina.
This very attractive Daytona is a first-series model which left the factory on 8 May 1970 and was dispatched to Jacques Swaters' Garage Francorchamps in Brussels on 28 May. It was sold to its first owner, M. Vandevelde, International Polioxal SA, from Machelen in Belgium. It was later registered in northern France, then moved to the Hauts-de-Seine department outside Paris in 1974, with the number 659 EA 92. We have the copy of the registration document which confirms that it was then registered in 1983 with the number 84 EHZ 75 in the name of Véronique Bevilacqua, the wife of the famous French singer Christophe, who was in the habit of putting the papers of his many cars in his wife's name.
Christophe kept the Italian sports car for ten years. On a side note, one of his friends lent him a large amount of money in exchange for the Daytona. As he was unable to pay him back, his friend kept the car and registered it in his name on 23 April 1993, but never drove it. The Ferrari was bought on 25 July 2002 by its current owner, a Parisian who had grown up with the magnificent cars his father had owned, notably a Bugatti 57 SC Atalante in the 1930s and, later, a Ferrari 250 Coupé PF. As soon as he bought the car, he sent it to the specialist Alain Coquelet for a complete restoration of the body and interior. Coquelet did a remarkable job, respecting its original specification and keeping the original leather for both seats. This is a rare first-series Daytona, which performed to our complete satisfaction on the day of our photoshoot. Its history is clear and complete, including the time it spent with the singer of 'Mots bleus' ... Let's hit the road!





Estimation 650 000 - 850 000 €

Vendu 638 000 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 4315
Lieu : Salon Rétromobile, Paris
Date : 03 févr. 2023 14:00
Commissaire-priseur : Hervé Poulain

Contact

Anne-Claire Mandine
Tél. +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Ordres d’Achat
& Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Rétromobile 2023 by Artcurial Motorcars